Vendeur de paniers d’achat avec des entreprises locales

Cette île n’est pas assez grande pour eux deux.

Un vendeur de hot-dogs et le kiosque du centre d’accueil de Roosevelt Island se sont disputés tout l’été pour savoir qui devrait pouvoir vendre des boissons fraîches à côté de la station de tramway aux touristes d’une journée.

Maintenant, avec une vague de chaleur provoquant une augmentation de la demande de bouteilles d’eau froide, de Snapples et de boissons non alcoolisées, le problème a atteint un point d’ébullition et certains habitants choisissent leur camp.

En juin, Mohamed Afifi a installé un chariot qui vendait des hot-dogs, des falafels et des gyros aux passagers débarquant des téléphériques rendus célèbres dans des films comme “Spider-man” en 2002.

Mais la présidente de la Roosevelt Island Historical Society, Judy Berdy, a déclaré que le stand de son organisation, qui a ouvert ses portes en 2007, a subi un coup financier en conséquence et qu’elle souhaite qu’Afifi déménage.

Les ventes de la présidente de la Roosevelt Island Historical Society, Judy Berdy, sont touchées par une voiture à proximité qui vole des entreprises, dit-elle.
Les ventes de la présidente de la Roosevelt Island Historical Society, Judy Berdy, sont touchées par une voiture à proximité qui vole des entreprises, dit-elle.

“Il est garé juste devant notre porte”, a déclaré Berdy au Post. “Impossible d’être plus proche sans être sur la propriété du centre d’accueil.”

Le kiosque des visiteurs vend de l’eau en bouteille pour 1,50 $, tandis que le chariot les vend pour 1 $.

“Comme le tram n’est pas climatisé et qu’il faut porter un masque, les gens sont très chaleureux”, a déclaré Berdy. « Les boissons sont un élément où vous gagnez un peu d’argent. Si vous facturez 1,50 $, vous gagnez un dollar dessus. »

En plus des nouveautés et des vêtements sur le thème de l’île, le kiosque des visiteurs vend des sodas pour 1,50 $ et des boissons spécialisées comme Snapple et LaCroix pour 2 $.

“Ils ne viennent même pas ici pour voir le magasin ou obtenir une carte ou des informations”, a déclaré Berdy. “Ils partent et cela a vraiment ruiné notre entreprise et réduit le nombre de visiteurs.”

Mais Afifi, originaire du Caire, en Égypte, a déclaré qu’il avait parfaitement le droit de faire des affaires sur l’île, et qu’il avait la permission de le prouver.

Mohamed Afifi a commencé à vendre régulièrement près d'un kiosque d'information sur Roosevelt Island cet été.  Le kiosque dit que ça tue leur business.
Mohamed Afifi a commencé à vendre régulièrement près d’un kiosque d’information sur Roosevelt Island cet été. Le kiosque dit que ça tue leur business.

“Je vends vraiment de la nourriture”, a déclaré Afifi au Post, notant que les boissons, qui comprennent également des sodas à 2 $ et des Snapples, ne représentent qu’une petite partie de ses offres de menu.

“Elle vend [drinks only]a ajouté Afifi, dont le chariot était récemment garé à environ 20 pieds de l’entrée du kiosque.

“Je ne sais pas que [Berdy] veut.”

Il a déclaré au Post que Berdy l’avait confronté à plusieurs reprises au sujet de son déménagement, malgré un permis de la Roosevelt Island Operating Corporation. (La Roosevelt Island Operating Corporation n’a pas répondu à la demande de commentaires du Post.)

Un chariot à hot-dogs près de la seule entrée d'un kiosque d'information de Roosevelt Island prépare une guerre de territoire.
Un chariot à hot-dogs près de la seule entrée d’un kiosque d’information de Roosevelt Island prépare une guerre de territoire.

Berdy a également accusé Afifi de ne pas sortir les poubelles assez souvent, mais la vendeuse a déclaré qu’elle sortait les poubelles tous les soirs.

Il s’est également plaint de ne pas avoir de liste de prix, mais Afifi a déclaré que c’était parce que la voiture était également utilisée à Times Square et se vendait moins cher à Roosevelt Island qu’à Midtown.

Les habitants de Roosevelt Island avec qui The Post s’est entretenu semblaient divisés sur la question brûlante.

Therese Munfakh, une ingénieure à la retraite, a déclaré que la voiture d’Afifi rend l’île pittoresque, qui abrite quelque 12 000 habitants, beaucoup plus proche de la ville animée de Manhattan.

“Est [vendor] ne représente pas [the island] comme il se doit », a déclaré Munfakh, ajoutant qu’il craignait que davantage de voitures n’arrivent.

La présidente de la Roosevelt Island Historical Society, Judy Berdy, souhaite qu'un chariot de vente à proximité soit déplacé afin qu'un kiosque de longue date sur l'île de Roosevelt puisse faire de bonnes affaires.
La présidente de la Roosevelt Island Historical Society, Judy Berdy, souhaite qu’un chariot de vente à proximité soit déplacé afin qu’un kiosque de longue date sur l’île de Roosevelt puisse faire de bonnes affaires.

Une autre insulaire de longue date, Joan Brooks, s’est plainte que la charrette était “une horreur”.

“Je comprends que cela enlève des revenus au kiosque, ce qui n’est pas juste”, a déclaré Brooks, qui vit sur Roosevelt Island depuis 1977.

Mais d’autres semblaient étreindre la voiture, qui était occupée pendant la ruée vers le déjeuner du lundi.

James Jimenez et Delin Santos, qui vivent sur Roosevelt Island depuis près de cinq ans, ont déclaré qu’ils n’avaient aucun scrupule à installer Afifi.

Pour beaucoup de ceux qui empruntent le Roosevelt Island Trolley, leur premier arrêt est de prendre une boisson fraîche dans le chariot d'Afifi.
Pour beaucoup de ceux qui empruntent le Roosevelt Island Trolley, leur premier arrêt est de prendre une boisson fraîche dans le chariot d’Afifi.

“Nous l’avons remarqué il y a quelques semaines”, a déclaré Santos, ajoutant que “c’était intéressant” de voir une voiture ordinaire sur l’île.

“Les enfants adorent ça”, a ajouté Jimenez. “Je ne vois aucun problème avec ça.”

Berdy a déclaré qu’il demandait à la Roosevelt Island Operating Corporation de déplacer la voiture.

« Pourquoi voudriez-vous blesser un peu la société historique ? Vous pouvez obtenir un permis et aller n’importe où. Pourquoi dois-tu le mettre sur mon visage ? elle a dit.

Mais Afifi a dit qu’il voulait juste qu’on le laisse seul.

“Je ne la dérange pour rien… Je suis légal, c’est tout”, a-t-il dit.

.

Leave a Comment