Pens/Wild Recap : le but de Malkin en prolongation mène les Pens à une victoire déchirante

La soirée a commencé avec le Wild qui a accueilli le retour de Jason Zucker jeudi soir pour la première fois sur la route, alors que les Penguins ont simultanément accueilli Zucker dans l’alignement après une longue absence pour blessure. Malheureusement, il y a aussi eu une autre blessure pour Jason Zucker après une blessure à la jambe effrayante survenue en deuxième période.

Avant cette partie malheureuse, Pittsburgh prendrait rapidement les devants à la marque de charme de 66 secondes du match. La nouvelle acquisition Rickard Rakell a marqué son premier doublé de la soirée, déviant un tir de John Marino.

Avant, il y a eu un peu de show arbitral, les zèbres s’insérant et mettant en place un niveau terriblement compliqué pour les tirs au but. Il a envoyé les Pens dans la surface à trois reprises en première mi-temps, a tourné dans l’autre sens avec trois pénalités folles en seconde.

Matt Dumba a mis le Wild sur le plateau lors d’un de ses jeux de puissance, passant à peine la rondelle au-dessus de la ligne dans un combat avant que Kris Letang ne puisse sauver son gardien.

Les Pens se sont affrontés sur un avantage numérique au début de la deuxième période pour reprendre l’avance. Kris Letang obtient sa 500e aide en carrière lorsqu’il tire la rondelle et que Cam Talbot la sauve. Mais le rebond revient rapidement à Jake Guentzel, qui revient tout aussi rapidement pour faire passer Talbot. 2-1 Pittsburgh.

Pittsburgh l’étend à une avance de 3-1 dans la séquence qui a causé la blessure de Zucker. Sidney Crosby saute sur la glace avec les compagnons de trio d’Evgeni Malkin parce que Malkin a été secoué par un gros coup net de Dumba qui a fait sortir une partie de l’air de ses voiles. Crosby a ramassé la rondelle et a couru sur la glace pour un 2 contre 1 avec Rakell. Jonas Brodin est un excellent demi défensif, mais il a l’air maladroit dans cette pirouette sur la glace et incapable d’arrêter la passe de Crosby. Rakell soulève la rondelle au-dessus de Talbot et c’est un match de 3-1.

Le Wild pense qu’ils en ont récupéré un, mais les entraîneurs vidéo aux yeux d’aigle de Pittsburgh ont vu qu’il y avait un peu de hors-jeu sur la course entrant dans la zone et un défi est institué. Le but est retiré, assez rapidement.

Les divinités du hockey ne doivent pas l’avoir approuvé, car le Minnesota marque lors du prochain match au bâton. C’est l’ex-Penguin Freddy Gaudreau qui trouve un point faible dans l’enclave et tire la rondelle devant Casey DeSmith pour ramener le Wild à 3-2, cette fois pour de vrai.

Minnesota égaliserait le match au début du troisième. Un geste assez intelligent de Ryan Hartman pour lui tirer la rondelle du fond du filet, puis la traverser pour Kirill Kaprizov. Teddy Blueger ne peut pas arriver à temps, et oui, ce sera un objectif le plus souvent. Match 3-3 avec 18:58 à jouer.

Le troisième se termine sans plus de points nécessitant du temps supplémentaire. Evgeni Malkin a mis fin au match dans un troisième effort, frappant finalement la rondelle devant Talbot pour mettre fin au match et donner la victoire à Pittsburgh.

Quelques idées

  • Devoir se sentir totalement vidé par Jason Zucker pour avoir travaillé dur pour revenir, puis avoir subi ce qui semblait être une vilaine blessure. Les jambes ne devaient pas plier comme les siennes, quand Kevin Fiala les a poussées dans les planches par derrière. Fiala, ironiquement, s’est cassé le fémur lors de son enregistrement dans les tableaux il y a quelques années.
  • Cependant, l’ajout de Rakell semble mieux dans le jeu. Joueur très habile et le genre d’ailier dynamo offensif dont les Pens semblent toujours avoir besoin d’un gars supplémentaire comme ça. Heck, quelle équipe ne le fait pas?
  • Heureusement, une fois que Malkin a eu une minute pour se débarrasser du coup violent qu’il a encaissé, il a pu continuer normalement. Cela serait allé de mal en pis s’il avait subi une blessure quelques secondes après que Zucker soit également tombé.
  • Ce fut aussi un match d’usure pour Minnesota, qui a perdu du temps face à Jon Merill, Matthew Boldy et Marcus Foligno. La mauvaise nouvelle pour les Pens est qu’avec Boldy parti pour une grande partie du match, la réponse pour prendre sa place était de doubler Kaprizov.
  • Je n’ai vraiment pas aimé le contrôle du rebond de DeSmith dans ce jeu. Il était assez instable, presque seul pour le trajet parfois. Si la rondelle ne le frappait pas, il n’avait pas beaucoup de réponses ou il semblait qu’il s’était une fois mis à l’aise et s’était installé dans ce match. Le simple fait de localiser ou de pouvoir geler des disques semblait être un pont trop loin pour la majeure partie du jeu. ET sortir arrêter une rondelle ou l’enlever du rebond ? Oublie.
  • La blessure de Zucker signifie probablement qu’il n’y aura plus de ligne Rodrigues-Carter-Kapanen, et c’est probablement une bonne chose pour toutes les parties. Rodrigues n’a pas eu un bon match, mais au moins cela s’est vu par moments, même si aller dans la boîte après un revirement n’était pas un bon moyen de souligner son jeu le plus mémorable. Kapanen était presque invisible sans tentatives de tir. En fait, comme Bob bosquet pointu, Kapanen n’a plus qu’un seul tir à ses cinq derniers matchs (et il a marqué contre Detroit). Après avoir réussi un triplé contre Minnesota en novembre, c’est dommage de les revoir n’avoir pas fait grand-chose pour relancer Kapanen.
  • Mais encore une fois, au moins ces gars-là avaient des quarts de travail semi-réguliers. Danton Heinen n’a fait que six présences au bâton, jouant 4:58. La blessure de Zucker a fait changer l’alignement et Heinen a raté la majeure partie de ce match.
  • Après quelques matchs tranquilles, Jake Guentzel était encore une fois l’un des meilleurs joueurs sur la glace. A marqué en supériorité numérique, a failli marquer dans une redirection du front et s’est échappé à cinq minutes de la fin. Rentrer chez elle dans le Minnesota semblait lui faire du bien.
  • Ce résultat OT est peut-être plus impressionnant qu’il n’y paraît à première vue. Le Minnesota avait une fiche de 7-0 en prolongation cette saison avant que le # 71 ne les envoie de manière appropriée à 7-1. Avant de battre les Flyers 4-1, leurs trois matchs précédents sont allés en session supplémentaire et Wild a gagné en prolongation. Les Pens améliorent leur fiche à 5-3 dans les matchs décidés en prolongation.
  • La façon mémorable de Malkin d’égaler Jaromir Jagr avec 78 matchs gagnants avec les Pens. Ce n’était pas un but ringard pour faire 4-1 au milieu du match, puis l’autre équipe en marque quelques-uns, marquer des prolongations était un moyen approprié d’égaler le record de la franchise.

Gros efforts des Pens pour trouver un moyen d’aller chercher la victoire contre la meilleure équipe de la ligue, dans leur grange et de briser une longue série de victoires. La mauvaise nouvelle est que les Pens ressentiront probablement cela pendant un certain temps, en fonction du statut de Zucker à l’avenir.

Leave a Comment