L’entraînement par intervalles à haute intensité peut aider à brûler plus de graisse

Sommaire: Selon une nouvelle étude, l’entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT) brûle plus de graisse que l’exercice aérobique.

La source: Université Victoria de Melbourne

“Si cette graisse corporelle tenace ne disparaît pas, envisagez d’ajouter un entraînement par intervalles à haute intensité, ou HIIT, à votre routine d’exercice”, déclare le professeur Zeljko Pedisic de l’Université Victoria de Melbourne.

Le HIIT augmente la combustion des graisses plus que l’exercice aérobique, selon une étude publiée dans Journal britannique de médecine sportive.

Comment l’étude a-t-elle été menée ?

Les auteurs de l’étude ont résumé les résultats de 18 études d’intervention contrôlées sur les effets du HIIT sur le taux de combustion des graisses pendant l’exercice.

Les études d’intervention ont recruté un total de 511 participants adultes participant à un HIIT supervisé, à des exercices aérobiques d’intensité modérée ou à un groupe témoin sans exercice.

La durée des interventions d’exercice variait de 2 à 14 semaines. Dans presque toutes les études, les participants ont participé à trois séances HIIT par semaine.

Quelles sont les informations clés ?

Quelques séances HIIT par semaine transformeront votre corps en une “machine” à brûler les graisses. Le HIIT vous poussera à brûler plus de graisse, non seulement pendant les séances HIIT mais aussi pendant d’autres types d’activités physiques, comme l’exercice. B. marche rapide, natation et sports.

Le métabolisme des graisses s’améliore après seulement quatre semaines de HIIT et continuera de s’améliorer avec le temps.

Cela montre un homme et une femme faisant des pompes
Les auteurs de l’étude ont résumé les résultats de 18 études d’intervention contrôlées sur les effets du HIIT sur le taux de combustion des graisses pendant l’exercice. L’image est dans le domaine public

Après 12 semaines de HIIT, chaque minute d’activité physique devrait brûler 0,13 gramme de graisse supplémentaire. Pour quelqu’un qui pratique 150 minutes d’activité physique par semaine, cela pourrait entraîner la combustion d’environ 10 kg de graisse supplémentaire en une décennie.

Les personnes en surpoids peuvent s’attendre à des augmentations plus importantes de la combustion des graisses par rapport à celles de poids “normal”.

Bien que les individus puissent également améliorer le métabolisme des graisses grâce à des exercices aérobiques (comme le jogging), cela prendrait beaucoup plus de temps et les améliorations seraient moindres.

Pourquoi est-ce important ?

Ces découvertes pourraient aider plus de deux milliards de personnes en surpoids dans le monde(lien externe) à améliorer leur métabolisme des graisses et à perdre du poids.

Ils peuvent également aider des milliards d’autres personnes à prévenir la prise de poids indésirable au fil du temps.

“Selon la dernière enquête sur les tendances mondiales de la condition physique (lien externe), le HIIT est l’un des types d’exercices les plus populaires. Si vous ne le faites pas déjà, vous voudrez peut-être essayer », conclut le professeur Pedisic.

À propos de cet exercice actualités de la recherche

Auteur: bureau de presse
La source: Université Victoria de Melbourne
Contact: Bureau de presse – Université Victoria de Melbourne
Image: L’image est dans le domaine public

Recherche originale : Accès fermé.
“Effets de l’entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT) et de l’entraînement par intervalles de sprint (SIT) sur l’oxydation des graisses pendant l’exercice : une revue systématique et une méta-analyse” par Muhammed M. Atakan et al. Journal britannique de médecine sportive


abstrait

Effets de l’entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT) et de l’entraînement par intervalles de sprint (SIT) sur l’oxydation des graisses pendant l’exercice : une revue systématique et une méta-analyse

objectif

Voir également

Cela montre une femme à l'air stressée

Étudier les effets de l’entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT) et de l’entraînement par intervalles de sprint (SIT) sur l’oxydation des graisses pendant l’exercice (FatOx) et les comparer aux effets de l’entraînement continu à intensité modérée (MICT).

Brouillon

Revue systématique et méta-analyse.

source d’information

Academic Search Ultimate, CINAHL, Bibliothèque numérique en réseau de thèses et mémoires, Thèses et mémoires en libre accès, OpenDissertations, PubMed/MEDLINE, Scopus, SPORTDiscus et Web of Science.

Critères d’admission pour la sélection des études

Les études avec une conception intergroupe impliquant des participants adultes qui n’étaient pas des athlètes entraînés et évaluant les effets du HIIT ou de l’AIT sur FatOx (par rapport à l’absence d’entraînement ou au MICT) ont été incluses.

Résultats

Dix-huit études de qualité modérée à bonne ont été incluses ; neuf comparaient HIIT ou SIT sans exercice et onze comparaient HIIT ou SIT à MICT. Un effet combiné significatif de ces types d’entraînement par intervalles sur FatOx a été trouvé (différence moyenne en g/min (DM) = 0,08 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,04 à 0,12 ; p<0,001). Des effets significatifs ont été trouvés pour les programmes d'entraînement d'une durée ≥ 4 semaines, et ils ont augmenté avec chaque semaine supplémentaire d'entraînement (β=0,01 ; IC à 95 % 0,00 à 0,02 ; p=0,003). HIIT et/ou AIT étaient légèrement plus efficaces que MICT (DM = 0,03 ; IC à 95 % 0,01 à 0,05 ; p=0,005). Les effets de FatOx étaient plus importants chez les personnes en surpoids/obèses.

Conclusion

Participer à HIIT ou SIT peut améliorer FatOx, avec des effets plus importants attendus pour les programmes d’exercices plus longs et ceux qui sont en surpoids/obèses. Bien que certains effets puissent sembler minimes, ils peuvent être importants dans les approches holistiques visant à améliorer la santé métabolique et à gérer l’obésité.

Leave a Comment