Le sport garde votre cerveau jeune

L’exercice réduit le risque de maladies débilitantes comme la maladie d’Alzheimer

L’exercice réduit le risque de maladies débilitantes comme la maladie d’Alzheimer

Le cerveau humain atteint sa taille adulte à l’âge de 10 ans ; mais son câblage et ses capacités changent tout au long de la vie.

A partir de 40 ans, le cerveau commence à diminuer de volume. Moins de sang circule dans le cerveau et les niveaux d’hormones et de neurotransmetteurs chutent. Le vieillissement entraîne un ralentissement de certaines fonctions comme l’apprentissage de nouvelles tâches.

L’apprentissage nécessite la formation de nouvelles connexions dans le cerveau, un trait appelé neuroplasticité. Votre cerveau est une unité dynamique qui se remodèle constamment en réponse à de nouvelles expériences.

Certaines structures cérébrales présentent une plus grande plasticité et recâblage que d’autres. Le vieillissement les affecte plus que les autres. Une de ces structures est l’hippocampe. Situé entre les oreilles, il joue un rôle clé dans la formation et la consolidation de souvenirs nouveaux et durables, et donc dans l’apprentissage et l’expérience. Il crée également des cartes mentales de votre environnement que vous pouvez utiliser pour trouver le chemin du retour.

Des expériences ont montré que les cerveaux des souris plus âgées ont moins de connexions, appelées synapses, entre leurs cellules nerveuses et ne parviennent pas à se frayer un chemin dans les labyrinthes, ce qui indique des lacunes dans l’apprentissage spatial.

Les études IRM du cerveau des chauffeurs de taxi londoniens montrent qu’ils ont un hippocampe élargi – les rues de la ville ont été «cartographiées» dans l’hippocampe, et cette «carte» s’agrandit légèrement au fur et à mesure que l’expérience est acquise.

Cependant, les études humaines dans ce domaine sont confondues par de grandes différences entre les individus – certains “super-âgés” peuvent même rivaliser avec des personnes beaucoup plus jeunes dans les tests de mémoire.

lésions cérébrales

La capacité du cerveau à se recâbler et à changer est démontrée dans les lésions cérébrales résultant d’un traumatisme ou d’un accident vasculaire cérébral. Dans de tels événements, un grand nombre de cellules cérébrales meurent, entraînant la perte de certaines capacités. Cependant, au fil du temps, le cerveau se remodèle, entraînant une restauration totale ou partielle des capacités perdues. Cela peut être accéléré avec des médicaments, une thérapie par cellules souches et des interventions psychologiques.

Le processus de vieillissement s’accompagne souvent, mais pas toujours, d’un déclin cognitif. En plus de la mémoire, les fonctions exécutives peuvent être altérées, notamment la capacité de planifier et la capacité d’effectuer deux tâches ou plus en même temps.

Ces changements sont le résultat de la capacité réduite du cerveau à se recâbler, une neuroplasticité réduite. Mais il est possible de modifier les comportements et les habitudes de vie pour améliorer l’adaptabilité du cerveau et fonctionner comme un cerveau plus jeune.

L’exercice régulier et des habitudes alimentaires raisonnables sont des éléments clés pour garder votre cerveau jeune, tout comme la capacité d’apprendre (maîtriser une nouvelle langue ou un nouvel instrument de musique).

Avantages de l’exercice

Chez les personnes âgées, l’exercice réduit le risque de maladies systémiques telles que les problèmes cardiaques et l’hypertension artérielle. De tels troubles augmentent le risque de démence. Par exemple, l’exercice réduit le risque de démence et de maladies débilitantes comme la maladie d’Alzheimer.

L’exercice régulier vous aidera également à perdre du poids ou au moins à arrêter de prendre du poids ou à reprendre le poids perdu. La probabilité de développer un cancer du poumon, de l’estomac, du côlon et de la vessie est réduite. Les personnes qui font de l’exercice sont moins sujettes à l’anxiété et à la dépression.

L’un des principaux avantages de l’exercice chez les personnes âgées est le risque réduit de chutes et de blessures liées aux chutes. L’exercice améliore la stabilité de votre posture, à la fois debout et en mouvement, car votre cerveau est constamment entraîné à réagir rapidement aux déséquilibres (Rogge et al., neuropsychologie2019).

Quel type d’exercice est le meilleur? La comparaison des résultats de six mois d’entraînement d’endurance aérobie (vélo en salle) avec un entraînement d’étirement/coordination nous apprend que ces deux activités entraînent une amélioration de la mémoire chez les 40-56 ans par rapport aux sujets sédentaires. Ces activités amélioreront bien sûr la forme cardiovasculaire, et les participants à l’étude qui ont montré la plus grande amélioration de la forme cardiovasculaire ont également eu les meilleures améliorations de la mémoire. Retomber dans la léthargie et abaisser le niveau de forme physique annule les gains de la fonction de mémoire (Hötting et Röder, neurosciences. comportement révérend, 2013).

L’entraînement cognitif, qui entraîne votre cerveau, aide votre cerveau à rester flexible. La combinaison avec l’exercice physique montre des résultats encore meilleurs dans l’amélioration des capacités cognitives des personnes âgées.

La quantité d’exercice requise est un autre problème qui peut préoccuper les personnes âgées. Les paramètres de santé et cognitifs chez les personnes âgées sont souvent évalués avant et après une routine de 10 minutes de jogging et de marche, “assez pour provoquer une légère transpiration mais pas pour provoquer de la fatigue”. Pour les personnes de plus de 65 ans, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande une marche rapide de 30 minutes cinq fois ou plus par semaine.

[email protected]

.

Leave a Comment