“You Won’t Be Alone” est un film sensuel et sanglant qui change de forme et rebute la société.

“You Won’t Be Alone”, le premier long métrage de bon augure de Goran Stolevski, est un tendre film d’horreur populaire. Plus sanglant que terrifiant, et parfois assez sexy, il ressemble souvent à un film muet, avec des personnages exprimant leurs émotions alors qu’ils déambulent dans un magnifique paysage rural. (Le film est sous-titré et la langue est dite authentique pour l’époque.) Stolevski utilise une voix off et une partition de piano tintante pour créer une ambiance plus précieuse, mais aussi dangereuse. Oui, les terres agricoles ensoleillées sont magnifiques, mais il y a un danger qui guette à chaque tournant.

Ce film insolite se déroule dans un village de montagne macédonien au XIXe siècle, où une mère est confrontée à une situation horrible. Old Maid Maria (Anamaria Marinca de “4 mois, 3 semaines, 2 jours”) est une mangeuse de loups dont la fourrure ressemble à des artères à l’extérieur. Elle veut le sang du nouveau-né Nevena et accepte de prendre la fille quand elle aura 16 ans, mais pas avant d’avoir prélevé un échantillon. Envoyée vivre dans une grotte pour sa protection, Nevena (Sara Klimos) émerge à l’adolescence, suivant Maria à travers le monde. Old Maid Maria enseigne à Nevena comment vivre, mais Nevena est une déception pour Maria et les adolescents rebelles, dans l’espoir de briser la prophétie. Comme il est bientôt révélé, ces “sorcières” peuvent se transformer en animaux et en d’autres êtres.

“You Won’t Be Alone” prend son temps pour raconter cette histoire dont les origines sont révélées à la fin du film. Stolevski plonge les spectateurs dans ce monde fabuleux, son travail de caméra intime suivant de près les personnages mais admirant également les paysages merveilleux. Alors que l’histoire serpente, Stolevski a raison : il y a des discussions sur les rôles de genre, comme la façon dont les femmes devraient se comporter avec (et sans) les hommes, et des réflexions sur la maternité. Il y a aussi de nombreuses scènes d’entrailles et d’effusion de sang lorsque Maria ou d’autres personnages ouvrent leur poitrine et extraient leurs entrailles.

CONNEXES: Les femmes dominaient l’industrie de la bière, jusqu’à ce que les accusations de sorcières commencent à arriver

Lorsque Nevena se transforme en Bosilka (Noomi Rapace), elle en vient à comprendre ses pouvoirs, séduit un homme et l’attire pour le sexe où elle le transforme. Il y a ici une référence claire au vampirisme, avec des ongles pointus (au lieu de crocs) qui boivent du sang et l’idée de transmettre une malédiction.

Lorsque Nevena devient Boris (Carloto Cotta), elle jouit du privilège d’être un homme. Les expressions enfantines de Cotta (qu’elle a perfectionnées dans “Diamantino”) traduisent l’adaptation de Nevena. De plus, les scènes sexuelles avec Boris sont assez érotiques, il a de fortes pulsions, mais son comportement oblige les villageois à exorciser leurs démons, créant une allégorie du péché.

Alors que “You Won’t Be Alone” continue, le film joue avec les conventions du mariage, car le récit de l’histoire de Old Maid Maria fait référence à ses efforts pour trouver un mari. Il y a un épisode horrible qui renforce les idées de conformité, suivi d’une séquence d’amour plutôt émouvante (et surtout sans paroles) entre Biliana (Alice Englert) et Yovan (Félix Maritaud). Ces scènes sont sensuelles mais passagères : la sorcière arrivera toujours à ses fins.

tu ne seras pas seulAlice Englert dans “Tu ne seras pas seul” (Branko Starcevic / Caractéristiques de mise au point)

Ce qui rend le film de Stolevski captivant mais pas nécessairement plein de suspense. Bien qu’il y ait un fort sentiment de peur partout, la motivation de toute la violence, lorsqu’elle est révélée, semble décevante. De mauvaises choses se produisent dans “You Won’t Be Alone”, mais le film manque délibérément de plus d’énergie. Au lieu de cela, le réalisateur s’appuie sur une connexion émotionnelle qui peut être glissante compte tenu de son impressionnisme. Les éléments surnaturels sont assez atmosphériques, avec de la chair déchirée, et pourtant l’horreur semble en sourdine. Le film de Stolevski est peut-être trop sanglant pour le public d’art et d’essai et trop artistique pour les fans de films d’horreur. Pour certains téléspectateurs, les parties apparaîtront plus grandes que le tout.


Vous voulez un résumé quotidien de toutes les nouvelles et critiques que Salon a à offrir ? Inscrivez-vous à notre newsletter du matin, Crash Course.


De plus, alors que le cinéaste soulève des points importants sur le patriarcat et la société, il ne les étudie pas complètement. C’est bien pour permettre aux téléspectateurs de tirer leurs propres conclusions, mais son approche peut décourager certains téléspectateurs. Le sens du temps et du lieu est vif, mais l’absence d’une intrigue forte peut être frustrante.

Les images sont certainement captivantes, avec des images de Nevena dans la grotte ou d’hommes travaillant dans les champs. La nudité copieuse est également la bienvenue pour ajouter un élément chaleureux et sensuel dans ce qui peut être considéré comme un environnement dur et impitoyable. Mais les scènes dans lesquelles Boris aide un garçon chargé de fendre des bûches n’avancent pas beaucoup dans l’intrigue ni dans l’objectif du film. Stolevski aurait pu peaufiner son film avec un montage intelligent ; le rythme tranquille est bon, mais votre film semble trop long.

“You Won’t Be Alone” vaut certainement la peine de transporter les téléspectateurs et invite à de multiples lectures. (Une séquence ressemble à un hommage à “Frankenstein”. D’autres références de films abondent.) Stolevski tient sa promesse, comme en témoignent ses fantastiques courts métrages, notamment “You Deserve Everything” et “Would You Look at Her”, qui a remporté un prix à Sundance l’année de sa projection : un cinéaste à suivre. Son film prend des risques considérables mais récompense les spectateurs aventureux.

“You Won’t Be Alone” sortira en salles le 1er avril. Découvrez une bande-annonce ci-dessous, via YouTube.

Plus d’histoires à lire :

Leave a Comment