Ces règles “n’ont plus de sens”

Les compagnies aériennes américaines sont instables et font pression sur l’administration Biden pour qu’elle lève le mandat fédéral de masque pour les voyages en avion, concluant que cela “n’a pas de sens” car les gens “sont autorisés à se rassembler dans les restaurants, les écoles et les événements sportifs”. .”

Cette semaine, le conseil d’administration de Airlines for America (A4A) a envoyé une lettre à la Maison Blanche Biden, demandant au président “d’abroger les restrictions fédérales de voyage pour le transport”.

“Pendant la crise sanitaire mondiale, les compagnies aériennes américaines ont soutenu et coopéré avec les mesures du gouvernement fédéral pour ralentir la propagation du COVID-19″, indique la lettre, citant des données indiquant qu'”il est plus que temps d’éliminer les politiques de transport de l’ère COVID”.

«Notre industrie s’est appuyée sur la science tout au long», poursuit la lettre, signée par plusieurs dirigeants de compagnies aériennes, expliquant comment les compagnies aériennes «ont volontairement mis en œuvre des politiques et des procédures, rendant obligatoire le port du masque; exiger des contrôles de santé des passagers et des informations de recherche des contacts ; et améliorer les protocoles de nettoyage, pour former une approche à plusieurs niveaux pour atténuer les risques et donner la priorité au bien-être des passagers et des employés » pendant la pandémie.

Bien qu’ils aient suivi les conseils des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), ils disent maintenant que “beaucoup de choses ont changé depuis que ces mesures ont été imposées et qu’elles n’ont plus de sens dans le contexte actuel de santé publique”.

La lettre continue :

La baisse persistante et régulière des taux d’hospitalisation et de mortalité sont les indicateurs les plus convaincants que notre pays est bien protégé contre les maladies graves dues au COVID-19. Étant donné que nous sommes entrés dans une phase différente de la lutte contre ce virus, nous soutenons fermement votre point de vue selon lequel “le COVID-19 n’a plus besoin de contrôler nos vies”. Il est maintenant temps pour l’Administration de supprimer les restrictions fédérales sur les voyages dans les transports, y compris l’exigence de test international avant le départ et le mandat fédéral de masque, qui ne sont plus alignés sur les réalités de l’environnement épidémiologique actuel.

Les dirigeants ont dédié des sections aux exigences de test d’avant-match et aux mandats de masque, en particulier. Sur le premier, ils ont cité l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui “a noté que ‘l’échec des restrictions de voyage introduites après la détection et la notification de la variante d’Omicron pour limiter la propagation internationale d’Omicron démontre l’inefficacité de telles mesures dans le temps”. .

Ils ont également précisé que la science “soutient clairement la levée du mandat du masque, comme en témoigne le cadre du CDC récemment publié indiquant que 99% de la population américaine n’a plus besoin de porter de masque à l’intérieur”. Au lieu d’exiger des masques, l’administration Biden devrait permettre aux gens de prendre leurs propres décisions, ont-ils fait valoir :

Plusieurs études réalisées avant que nous ayons la couche supplémentaire de disponibilité généralisée des vaccins, dont une de la Harvard TH Chan School of Public Health et une autre du département américain de la Défense, ont conclu que la cabine d’un avion est l’un des environnements intérieurs les plus sûrs en raison à la combinaison d’air hautement filtré et d’un flux d’air constant avec une direction de l’air vers le bas. La levée du mandat du masque dans les aéroports et à bord des avions peut se faire en toute sécurité comme l’a fait l’Angleterre. Il est important de noter que l’efficacité et la disponibilité de masques de haute qualité pour ceux qui souhaitent les porter donnent aux passagers la possibilité de se protéger davantage s’ils le souhaitent.

“Cela n’a pas de sens que les gens soient toujours tenus de porter des masques dans les avions, mais soient autorisés à se rassembler dans des restaurants bondés, des écoles et des événements sportifs sans masque, même si aucun de ces endroits ne dispose du système de filtrage de l’air protecteur que les avions avoir », a-t-il dit. dit la lettre, ajoutant que le fardeau de l’application des restrictions pèse sur les employés.

“Ce n’est pas un rôle pour lequel ils sont formés et cela les soumet aux défis quotidiens de clients frustrés. Cela, à son tour, affecte leur propre bien-être”, poursuit la lettre, concluant que l’absence de restrictions profitera non seulement au public, mais “à des milliers d’employés des compagnies aériennes chargés d’appliquer un patchwork de réglementations désormais obsolètes mises en place en réponse à la COVID-19.”

Plusieurs dirigeants de compagnies aériennes ont signé la lettre, notamment le président-directeur général d’American Airlines, W. Douglas Parker, le PDG d’Alaska Air Group, Ben Minicucci, le PDG de Delta Air Lines, Ed Bastian, le président-directeur général d’Atlas Air Worldwide, John W. Dietrich, le président-directeur général d’Hawaiian Airlines, Peter R. Ingram, Scot Struminger, Robin Hayes, vice-président exécutif et PDG de FedEx Express, Gary C. Kelly, PDG de JetBlue Airways, président de Southwest Airlines, Brendan Canavan, président d’UPS Airlines, Scott Kirby, PDG de United Airlines Holdings, et Nicholas E. Calio, président-directeur général de Airlines for America.

Biden, qui proposait à l’origine “seulement” 100 jours de masquage, n’a montré aucun signe de levée précoce du mandat alors que son administration continue de donner son feu vert aux extensions. Plus tôt ce mois-ci, la TSA a prolongé d’un mois le mandat du masque, qui devait se terminer le 18 mars. Il est maintenant prévu qu’il se termine le 18 avril, c’est-à-dire si les autorités fédérales ne le prolongent pas encore une fois, comme ils l’ont fait à plusieurs reprises jusqu’à présent.

Leave a Comment